Rémunération du marchand de biens : salaire ou dividendes ? - Yoni le marchand de biens
BLOG

Rémunération du marchand de biens : salaire ou dividendes ?

Quelle que soit l’activité que l’on exerce en tant « qu’entrepreneur », la question de se verser un salaire ou des dividendes se pose systématiquement. Et à juste titre, car elle est non seulement fondamentale, mais aussi quelque peu épineuse. Alors si vous êtes marchand de biens et que vous vous posez la question, voici les points essentiels pouvant vous aider à faire votre choix.

Mais déjà, pour parler de « dividendes », il faut avoir fait des bénéfices…

En effet, les dividendes sont une somme d’argent, mais que vous ne pouvez prélever que sur les bénéfices réalisés par votre activité de marchand de biens. Votre résultat comptable doit donc être excédentaire. Ce qui sous-entend, par voie de conséquence, que votre bilan comptable ait été effectué. Et donc, que cette somme n’est pas disponible immédiatement.

Alors que le « salaire » peut être puisé, à tout moment, dans la trésorerie de l’entreprise.

Aussi, si, en tant que marchand de biens, vous n’avez pas fait de bénéfices, ou si vous avez un besoin immédiat de liquidité, la question ne se pose même pas. Vous ne pouvez que vous verser un salaire.

Ensuite, attention aux notions de « salarié, salaire, ANS » La nomenclature dépend du type de structure que vous avez créée.

Lorsque vous avez créé votre activité de marchand de biens, vous avez dû choisi entre la SARL(EURL) ou la SASU, ce qui fixe votre statut :

  • Si vous êtes gérant majoritaire d’une SARL, ou gérant de votre EURL, déjà, vous ne pouvez déjà pas être « salarié » à proprement parlé. Vous êtes un ANS « Travailleur Non Salarié ». Et dans ce cas, on ne parlera pas de « salaire » mais de « rémunération ».

  • Si vous êtes président d’une SASU, dans ce cas, on peut parler de statut de « salarié », mais pas encore tout à fait. En effet, vous n’êtes pas vraiment salarié, mais « assimilé salarié » de votre entreprise. Une nuance importante… comme nous le verrons en fin d’article.

Puis de votre situation : Êtes-vous déjà salarié dans une autre structure ?

Ces quelques points éclaircis, venons-en au fait. Vous avez quelques deniers… Vous avez la chance d’avoir un résultat positif. Rémunération ou dividendes ? Salaire ou dividendes ?

Plusieurs paramètres doivent être pris en compte :

  • Si vous êtes déjà salarié dans une entreprise et que votre activité de marchand de biens est « secondaire », il s’agit dans ce cas, de faire des simulations. En effet, il ne faudrait pas que votre « salaire » ou « rémunération » vous fassent passer dans une tranche supérieure d’imposition. C’est à vous de calculer la part de « salaire » ou de « rémunération » que vous pouvez vous verser sans dépasser certains plafonds fatidiques.

En général, tout de même, dans la majorité de ces situations, mieux vaut opter pour les dividendes qui évitent de cotiser deux fois pour sa protection sociale.

  • Ensuite, il faut être conscient des avantages et des inconvénients des dividendes

En effet, on a souvent tendance à penser que les dividendes sont plus intéressants. En effet, le principal avantage des dividendes, c’est qu’ils sont soumis à des prélèvements sociaux (17.2 %), nettement plus faibles que les cotisations sociales (45 %) prélevées sur les salaires.

Mais quelques inconvénients et non des moindres viennent entacher ce bel avantage :

  • Ils n’ouvrent pas droit ni à la retraite, ni à une protection sociale

  • Ils sont doublement imposés : via l’IS et via l’IR

Alors comment choisir ?

Si vous n’avez pas d’activité secondaire, il vous revient de trouver le bon compromis. Mais s’il faut faire un choix, c’est le salaire ou la rémunération qu’il faudra privilégier dans un premier temps. D’une part pour bénéficier d’une couverture sociale, d’autre part pour cotiser pour la retraite et acquérir ces fameux trimestres ! À savoir qu’en 2020, un salaire ou une rémunération de 6 090 € annuelle valide 4 trimestres (aucun avec les dividendes).

Si la somme d’argent à votre disposition est plus conséquente, il est alors conseillé de faire un mixte entre salaire (ou rémunération) et dividende :

  • D’une part pour bénéficier des avantages du salariat cités précédemment,

  • D’autre part pour bénéficier des avantages des dividendes et donc de ses taux réduits en prélèvements sociaux.

Quid du chômage quand on est marchand de biens « ANS » ou « Assimilé salarié » ?

Pour beaucoup, et à juste titre, vous avez tous dans un coin de votre tête que le statut de salarié ouvre des droits au chômage. Et nombreux sont ceux qui pensent qu’en étant « salarié » de leur propre entreprise, ils pourront bénéficier des allocations-chômage en cas de difficultés ou de cessation d’activité.

Attention, c’est une grave erreur. Que vous soyez ANS (Travailleur Non Salarié) d’une SARL ou EURL ou Président du SAS ou SASU (assimilé salarié), vous ne pourrez pas bénéficier du chômage.

En effet, c’est à ce niveau que la distinction entre « assimilé salarié » et « salarié », dont je vous parlais plus haut, prend tout son sens…

Les ANS et les assimilés salariés ne cotisent pas au chômage et ne bénéficient donc pas de l’assurance chômage en cas de cessation d’activité.

Il existe bien sûr de nombreuses assurances « perte d’emploi ». Mais le montant des cotisations de ces contrats est quelque peu élevé… C’est le moins que l’on puisse dire.

Voilà donc le petit tour de cette question bouclé. Vous aurez compris qu’il n’y a pas de réponse toute faite, et que chacun doit aviser en fonction de sa situation personnelle, de son résultat comptable, et de ce qui est prioritaire à ses yeux.

Vous avez d’autres questions sur l’activité de marchand de biens ?

Étant personnellement passé par toutes ces étapes et tous ces questionnements assez chronophages, lorsque j’ai créé mon activité de marchands de bien, je vous invite à prendre connaissance des formations en ligne que je propose et qui vous apporteront toutes les réponses aux questions que vous pourriez vous poser. Un gain de temps… Un gain d’argent… Alors, n’hésitez pas à me contacter, ici !