Un an de salaire en 10 heures - Yoni le marchand de biens
BLOG

Un an de salaire en 10 heures

Vous ne devez sûrement pas y croire. Mais si, gagner une année de salaire en 10 heures de travail c’est possible ! Et pour cela, je vous vais expliquer comment, avec ce que dans le jargon de la profession on appelle un « aller-retour rapide », on peut se faire de l’argent sans pratiquement rien faire du tout, du moins, pas grand-chose.

Pour un marchand de biens, l’opération consiste à trouver un bien en vente, très bon marché, peu importe l’état, de faire une offre avant tout le monde et de le revendre « en l’état » dans la foulée. Pas de panique, je vais tout vous expliquer et même vous donner un exemple. Un petit préalable cependant…

L’avenir, comme les bonnes affaires, appartient à ceux qui se lèvent tôt

On ne le répétera jamais assez, mais en tant que marchand de biens, et c’est valable aussi pour beaucoup d’autres métiers, vous vous devez d’être sur les bons coups avant tout le monde. Pour y parvenir de façon pérenne, il n’y a pas de recette miracle, il faut se construire un réseau qui vous avertira des biens avant leur mise sur le marché.

Mais, cela demande du temps. Et il est vrai que si vous venez de vous lancer, il faut trouver d’autres manières de faire. La plus simple est bien évidemment de consulter les annonces sur les sites spécialisés très régulièrement. Consulter les annonces, oui, mais le plus tôt possible, donc avant que la majorité des potentiels acheteurs puissent en prendre connaissance.

Alors, comment procéder ?

Pour trouver de bonnes affaires, les sites d’annonces immobilières, comme leboncoin ou seloger.com, sont incontournables. Les sites proposent d’ailleurs des outils vous permettant de recevoir dans votre boîte mails des alertes à chaque parution nouvelle. Mais, la bonne vieille méthode qui consiste à se connecter sur le site, le matin avant tout le monde n’est pas mal non plus. Elle permet plus de réactivité. Car si vous repérez un bien proposé à un prix bien en dessous de la valeur du marché dans un quartier donné, vous aurez plus de chance d’avoir quelqu’un au bout du fil tôt le matin ou de vous pointer le premier à l’ouverture de l’agence immobilière qui vend le bien.

Rien de mieux qu’un exemple pour vous convaincre :

Un matin, comme à mon habitude, je regardais les annonces sur le Boncoin. Mon attention a été attirée par un appartement d’à peu près 40 m2 « dans son jus » comme on dit à 2 500 € du m2 dans un bon quartier de Lyon (ce qui est très rare pour un appartement de cette superficie, même dans cet état). L’annonce avait été publiée à 7 heures et demie.

Je n’ai pas hésité et à 9 heures pétante, j’étais devant l’agence avec sous le bras l’offre au prix (90 000 €).

L’agent immobilier qui s’occupait de la vente n’était pas là, mais j’ai pu présenter et remettre mon offre à sa collègue. Je lui ai demandé de la contresigner et surtout de la dater et d’indiquer l’heure de sa remise entre ses mains. Le seul moyen de prouver que j’étais le premier à me positionner. La suite… Plus bas… 

Première chose à retenir : une seule règle : la réactivité.

Si pour une raison ou une autre, vous ne vous donnez pas les moyens de réagir aussi vite, dites-vous qu’il existera, toujours, un autre marchand de biens ou un particulier ayant flairé lui aussi la bonne affaire qui n’aura pas, lui, tergiversé. Et l’appartement ou la maison vous passera sous le nez plus rapidement qu’il faut pour le dire !

C’est pourquoi, si vous avez un job, et que vous vous dites que vous ne pouvez pas vous absenter, c’est une grosse erreur. Pour gagner 20 ou 30 000 €, ça vaut le coup de se trouver une excuse, n’importe laquelle, prendre une demi-journée, être malade, une panne de voiture… pour aller déposer votre offre.

N’oubliez pas, on parle ici de gagner l’équivalent d’un an de salaire !

Être réactif implique d’être prêt et d’arriver devant le vendeur avec une offre bien ficelée qu’il ne pourra pas refuser. Et comme je vous l’ai dit plus haut, faites signer, horodater et dater votre offre au moment de sa remise pour éviter que l’on vous fasse le coup d’une autre offre concurrentielle qui aurait été faite avant la vôtre.

Voilà le bien est à vous. Que faire ensuite ?

Le revendre en l’état ou après travaux ?

Le but de votre achat étant sa revente pour en tirer une plus-value maximale, vous allez devoir choisir : le revendre en l’état ou effectuer des travaux pour essayer d’en dégager encore plus d’argent.

En fait, tout dépend de votre état d’esprit et de celui de vos finances. En effet, réaliser des achats-reventes en l’état permet de se faire de l’argent facilement et rapidement sans effort mais avec moins de plus-value.

Se lancer dans des travaux d’amélioration, de mise aux normes est un autre type de projet. Plus rentable mais plus fastidieux.

Pour l’appartement de Lyon, j’ai opté pour un aller-retour. Donc sans travaux. Je l’ai remis à la vente tout de suite au prix de 115 000 €.

J’ai eu plein d’appels. J’ai organisé une demi-journée de visites, j’ai rassemblé tout le monde histoire de créer une situation d’urgence pour les acquéreurs potentiels. J’ai accepté une offre avec une « petite » négociation à 110 000 €. Pourquoi ? Car c’était une offre sans condition de financement. Et une offre sans condition de financement, c’est la garantie d’aller au bout de la vente le plus rapidement possible.

Vous l’aurez compris, l’objectif de cette opération pour moi était de me faire rapidement de l’argent. Dans le cas de cet appartement, je parle d’un bénéfice de 20 000 €, moins les frais de notaire, donc de 17 000 € net dans la poche pour environ 10 heures de travail.

1 700 €/h, pas mal comme ratio, non ?

Alors, ça vous intéresse ? Si vous connaissez bien le marché, que vous êtes à l’affût des annonces, et si vous êtes hyper réactif, à vous de jouer !